Oser aborder une fille : comment ne plus avoir peur de foncer ?

Comment oser aborder une fille ?

oser draguer une fille

Quand on croise une fille qui nous plaît, ce n’est pas toujours facile d’aller l’aborder.

Surtout quand on n’a pas l’habitude d’engager des discussions avec des inconnues.

Mais il y a un moyen radical de ne plus avoir peur.

Et de pouvoir foncer en toute décontraction.

C’est ce que je vais partager avec vous dans cet article.

Je m'appelle Jacques Vitelli.

Depuis 2013, j’ai pu accompagner plus de 2000 hommes dans leur quête d’une vie sentimentale et sexuelle épanouissante...

...en les aidant à décoder les femmes, pour séduire la bonne (et la garder).

Vous pouvez avoir un aperçu des transformations vécues par mes abonnés et lecteurs en consultant leurs témoignages, qui se comptent désormais par centaines.

Quand j’ai commencé à me mettre dans la tête d’aborder les inconnues qui me plaisaient, j’étais pétrifié à l’idée de passer à l’action.

Même quand la fille ne me plaisait que moyennement.

Alors vous imaginez ce que c’était pour aborder une fille sublime…

➡️ Si vous ne l'avez pas déjà fait : passez votre test de DÉSIRABILITÉ pour déterminer si vous êtes DÉSIRABLE aux yeux de cette femme qui vous plaît...ou si au contraire vous lui donnez envie de fuir. Sur les 45 000 hommes ayant passé le test en 2023 et 2024, plus de 36 000 ont un comportement qui EMPÊCHE la femme qui leur plaît (compagne, amie, date...) de ressentir du désir (et du respect) pour eux.
Cliquez ici pour passer le test (13 questions, durée estimée : 2 min)

Ça me rappelle aussi l’époque où j’étais au lycée : il m’arrivait de croiser des filles mignonnes dans les couloirs, qui parfois me lançaient un petit regard, mais j’ignorais complètement comment m’y prendre pour entrer en contact avec elles…

Mais prenons le cas de la rue, parce que c’est le plus parlant en ce qui concerne mon changement.

Quand j’ai commencé à vouloir aborder des filles dans la rue, bien que je fusse déterminé à passer à l’action, c’était extrêmement difficile pour moi d’approcher une femme.

D’autant plus que je n’avais JAMAIS fait ça auparavant.
Comme la plupart des mecs.

Voici comment ça se passait :

Quand je voyais une nana qui me plaisait un minimum, je me dirigeais vers elle, déterminé à l’aborder.

Sauf que devinez quoi…

Au-dernier moment, juste avant d’arriver à son niveau, j’étais complètement bloqué.

Comme si une force invisible me retenait et m’empêchait d’aller plus loin.

Ça vous est peut-être déjà arrivé.

Et ça se reproduisait sur toutes les filles suivantes.

Soit je me trouvais des excuses bidons pour ne pas approcher la nana que j’apercevais (« Elle a l’air pressée », « Je suis pressé », « Elle écoute de la musique », « Elle est trop classe », « Elle est au téléphone », « Elle a une façon de marcher un peu bizarre », etc…), soit je me décidais à l’approcher mais au moment de l’approche je bloquais.

J’avais passé des jours et des jours déterminé à aborder, mais j’étais incapable de le faire.

Parce que je n’avais pas l’habitude de le faire.

oser inviter une fille

C’était complètement inhabituel pour moi.

Comme si on m’avait demandé de soulever un poids beaucoup trop lourd pour moi à la muscu.

Et selon vous, qu’est-ce qu’on fait pour être capable de soulever un poids super lourd si on n’en est pas capable ?

On fait en sorte de gagner en force.

Et comment gagne-t-on en force ?

En soulevant des poids.
Des poids plus légers pour commencer.

Et c’est exactement ce que j’ai fait.

Au lieu d’aller aborder une fille par une approche directe, j’ai commencé plus doucement :

En me contentant au début d’approcher n’importe quel inconnu dans la rue pour lui demander l’heure.

Puis après être à l’aise avec cet exercice, j’ai augmenté la difficulté, en demandant cette fois une direction à la personne que j’avais abordée.

Puis pour corser encore la difficulté, je me suis mis à conclure mon approche par un petit compliment sur la personne que j’avais abordée (un compliment sur un vêtement par exemple).

Et tout ce travail d’échauffement et de musculation sociale a porté ses fruits :

À la fin d’une journée où je m’étais bien échauffé, j’ai croisé une fille sublime.
Que j’ai réussi à aborder.

Parce que je m’étais bien échauffé et que j’avais musclé le côté social de mon cerveau.

oser aborder une fille

L’approche n’avait pas duré longtemps.
Cette fille avait un copain.

Mais pour moi, ça n’avait aucune importance.

J’étais tellement fier.

C’était ma première véritable approche sur une belle inconnue dans la rue.

Cette journée, je ne l’oublierai jamais.
Pour moi, c’était une victoire immense.

Et à partir de ce jour-là, j’ai eu beaucoup moins de mal à aborder les inconnues qui me plaisaient quand je sortais dans la rue.

Lire aussi : Comment draguer les filles dans la rue

Bien sûr, ce n’était pas facile, car ce n’était pas encore quelque chose de normal pour moi.

Mais au fil des semaines, c’est devenu de moins en moins difficile.

À force d’aborder des filles, j’ai développé une toute nouvelle réalité :

Une réalité dans laquelle j’adore aborder les femmes.
Une réalité dans laquelle les femmes aiment être abordées.

Retenez bien ceci :

La toute première fille que vous aborderez sera la plus difficile à aborder.

Votre première approche sera celle qui vous demandera le plus de courage, le plus d’efforts pour vous lancer.

C’est pourquoi quand vous n’avez jamais abordé d’inconnue, il peut vous paraître extrêmement difficile de vous lancer.

Mais dites-vous bien qu’une fois que vous aurez abordé une première fille, aborder les suivantes vous demandera beaucoup moins d’efforts.

C’est souvent simplement une question de se mettre dans le bain :

Il m’arrive de ne pas aborder de fille pendant un mois, et pour m’y remettre, c’est difficile.
Je dois faire plus d’efforts. C’est flagrant.

Pour oser aborder une fille, il suffit juste d’être habitué.

Et à partir du moment où on est habitué, on n’a même plus l’impression d’oser.

Car quand vous avez pris l’habitude d’aborder ne serait-ce que 2-3 filles toutes les semaines, alors c’est quelque chose qui devient naturel pour vous.

Le secret, c’est la pratique.
Car c’est par la pratique que vous changerez votre réalité.

C’est par la pratique que vous changerez votre vision des choses et qu’un tout nouveau monde s’ouvrira à vous.

À lire aussi : Aborder une femme quand on est timide : 13 astuces pour enfin OSER

À FAIRE : Peut-elle vous désirer (ou est-ce déjà trop tard) ?

Que ce soit avec une femme que vous venez de rencontrer ou avec votre partenaire de longue date (compagne, épouse…), vous commettez peut-être des erreurs au quotidien qui anéantissent son désir pour vous

Des erreurs parfois subtiles…
Que beaucoup d’hommes commettent en pensant bien faire…

À la longue, ces erreurs peuvent conduire une femme à ne plus rien ressentir pour un homme (même si au début elle était folle de lui)…

À perdre son respect pour lui…

Puis à le tromper.

Découvrez où vous en êtes en passant le test (durée estimée : 2 min) >>

Êtes-vous (encore) désirable aux yeux de cette femme, ou est-il trop tard ?

Jacques V.

Jacques Vitelli

Expert des rapports hommes-femmes et passionné de psychologie évolutionniste, Jacques aide depuis plus de 10 ans les hommes de tout âge à reprendre le contrôle de leur vie sexuelle et sentimentale. Il est connu pour son concept de masculinité authentique, qui permet aux hommes d'attirer naturellement les femmes qui leur plaisent, en exploitant le potentiel masculin qui sommeille en eux.