Opener CONTEXTUEL : quel est le PIÈGE à éviter ?

opener contextuel : le piège à éviter

Dans les lignes qui suivent, vous allez découvrir un piège à éviter quand vous utilisez un opener contextuel pour aborder des filles en soirée.

Mais avant de commencer, je vais faire un petit rappel sur les approches contextuelles et surtout pourquoi les utiliser.

L’approche contextuelle : n’oubliez pas son principal intérêt

L’intérêt d’une approche contextuelle est d’être unique.

C’est une approche personnalisée que vous fabriquez vous-même le moment venu. Un opener contextuel n’est pas une phrase d’approche bidon apprise par coeur (je vous invite à aller jeter un coup d’oeil à l’article sur La puissance de l’opener contextuel).

Une approche contextuelle vous permet d’approcher une fille de manière unique, de telle manière à ce que la fille soit persuadée que vous n’avez pas abordé d’autres filles avec cette approche.

Un bon opener contextuel est un opener parfaitement adapté à la fille que vous voulez séduire. Dans l’idéal vous ne devez pas pouvoir l’utiliser sur une autre fille.

Dans quel piège vous ne devez pas tomber quand vous utilisez une approche contextuelle ?

Vous l’avez compris : si vous utilisez une approche contextuelle, c’est pour être différent. C’est pour être unique.

Je vais vous raconter une petite histoire pour que vous saisissiez bien ce que je vais vous expliquer en-dessous : c’était il y a quelques années, un vendredi soir, dans une boîte de nuit parisienne, sur la piste de danse. Il y avait beaucoup de jolies filles dont un groupe de quatre qui dansaient de manière plutôt sexy.

Dans ce groupe j’avais repéré une petite blonde qui bougeait d’une manière on ne peut plus excitante. Ce groupe de filles avait une particularité que j’avais choisie d’utiliser pour mon approche contextuelle : trois filles sur les quatre portaient des lunettes ! Vous vous doutez de la suite… J’ai abordé le groupe en leur disant sur un ton joueur : « C’est le gang des lunettes ? ».

Cet opener était bien trouvé, mais il y avait un problème auquel je n’avais pas pensé : cet opener était trop évident. Les filles du groupe m’ont répondu d’un air un peu blasé : « On nous l’a déjà dit 10 fois ce soir ! »

Trop de mecs avaient déjà utilisé cette approche avant moi. Cette approche était trop facile et j’aurais dû m’en douter. Elle aurait fonctionné dans un parc (étant donné qu’il est rare que les filles se fassent aborder dans un parc). Mais en boîte de nuit ou dans un bar, il y a trop de concurrence, il y a trop de chasseurs.

Par conséquent : en soirée évitez d’utiliser un opener contextuel trop évident.

Si vous sentez que l’élément que vous allez utiliser dans votre approche est trop évident et que d’autres mecs peuvent l’avoir utilisé dans la soirée, repérez un élément secondaire.

Je reprends l’exemple des filles à lunettes (le fameux « gang des lunettes ») : ce que j’aurais dû faire, c’est repérer par exemple le pantalon assez original de l’une d’entre elle, ou bien sa coiffure ou ses boucles d’oreilles, etc… et aborder le groupe en utilisant cet élément. Ce faisant, j’aurais été sûr d’utiliser une phrase d’approche unique.

Je vous ai préparé un deuxième article qui contient une méthode simple en 7 étapes concrètes pour avoir la TCHATCHE avec les filles... et en FINIR une bonne fois pour TOUTES avec les râteaux.

Vous allez y apprendre :

Pourquoi un bon body language seul ne suffit PAS pour CONCRÉTISER avec une fille qui vous plaît...

La raison fondamentale qui fait qu'une fille est attirée par un mec (et comment en tirer profit pour aller plus loin avec elle)...

Les 2 grands types d'émotions que vous devez faire ressentir à une femme pour la faire VIBRER...

Si vous avez l'occasion de tester ces techniques sur une fille qui vous plaît, c'est le moment ou jamais. Et c'est beaucoup plus simple que beaucoup de gens ne pensent :

=> La nouvelle façon 2016 de faire VIBRER les femmes qui VOUS plaisent


Jack

Top